blogskaia

Petite cantate

In Uncategorized on 30 janvier 2013 at 11:57

Maintenant qu’on envisage la voûte céleste et le goût des cerises à défaut de leur temps encore qu’il ne faut pas, qu’il ne faudra jamais se départir de ça, de ce miel, de ce vent de la fin de l’été, et des grands peupliers si doucement courbés, les hautes herbes toutes inclinées sous l’évidence tiède mais pas soumises ah non ! Verticales dans l’âme, seulement reconnaissantes pour le présent offert, pour la caresse fauve et les jeunes filles, alors, sont les sœurs des rubans, on les dirait flottantes sur un mer de silence.

Bertrand Cantat – Extrait de « Nous n’avons fait que fuir »
Ed. Verticales – mai 2004.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :