TitaBlogskaïa

Archive for octobre 2019|Monthly archive page

About Sex – No filter – Chapter 4

In Uncategorized on 8 octobre 2019 at 2:20

A cette époque ma nourriture érotique :

SAS,

PHOTO Magazine,

Union,

David Hamilton,

About Sex – No filter – Chapter 3

In Uncategorized on 8 octobre 2019 at 2:08

Au début je ne savais pas trop ce que c’était. J’avais envie mais surtout il fallait que je me débarrasse de ne rien connaitre. Je me suis assurée de ma protection auprès des femmes du Planning Familial. J’ai pris des seins et des fesses.

C’est arrivé. Tu as fumé une Gauloise à le fenêtre. J’ai eu affreusement honte d’avoir menti comme quoi je l’avais déjà fait l’amour, alors que non. Le lendemain, un autre type est venu qui me convoitait depuis longtemps, il a senti, il m’a plaquée à terre pour me prendre. Une charpie. Vient l’amour.

About Sex – No filter – Chapter 2

In Uncategorized on 8 octobre 2019 at 1:47

Je voulais dire avant tout et pour que cela soit clair : j’aime les hommes et j’aime le sexe avec eux. J’aime le sexe des hommes. Les hommes est mon sujet d’étude préféré et Jean-Yves Raffort, psychanalyste, est le mieux placé pour témoigner de mon acharnement à comprendre. C’est quoi être un homme ? Comment il fonctionne et combien je suis sensible à ses variations d’humeur, ses faiblesses, sa gloire, ses coquetteries et son désordre.

Les hommes, je les aime. Je veux dire que je ne peux pas faire sans eux. Par exemple faire un enfant. Putain ce n’est pas rien. Mais outre ça, j’alpague l’autre sexe. Cela semble crétin mais je ne suis pas d’un genre seul, esseulé qui ne me suffise qu’à moi-même. Je vais t’aimer toi l’autre, je vais tout faire pour entendre l’amour, je vais tout faire pour que tu me prennes et pour t’aimer complètement. Même si nous sommes malheureux, j’aurais tout fait de notre complémentarité, ce n’est pas grave que nous ne entendions pas, nous ne sommes pas faits pour nous entendre, nous sommes faits pour nous embrasser, pour nous étreindre, pour faire des petits, pas forcement pour nous aimer toute la vie.

Boum ! Tu croyais quoi ? Que j’allais t’abandonner compagnon au prétexte que je ne comprends pas comment tu fonctionnes ?

About Sex – No filter – Chapter 1

In Uncategorized on 8 octobre 2019 at 1:11

Ce n’est pas la gloire le sexe. Il ne faut pas croire que ça soit le kiff le sexe aujourd’hui. Parlons-en. Puisque personne n’en parle.

Je voulais parler de sexe, parce que c’est une grande misère.

C’est une grande misère le sexe. Franchement les mecs qui prennent de la coke ou qui boivent trop, la majeur partie d’entre eux , ils sont nuls au pieu, ils ne bandent pas donc ils veulent te prendre différemment, par exemple en en te mettant la main dans la chatte et là ils découvrent que tu es une femme fontaine et ça les rend fous. Tu mouilles le canapé, ils retournent le canapé et après ils sont accrocs à ça. Pendant ce temps, ils ne te baisent pas, non, ils savent que tu jouis avec ça alors ils s’acharnent sur ta chatte, il te lèchent, ils te lèchent et après ils mettent leurs doigts et il faut que tu mouilles et que tu inondes le canapé. Les mecs n’ont plus de bite alors ils te baisent avec leurs mains. Ils se précipitent quand tu vas aux toilettes pour mettre leurs mains entre tes cuisses quand tu fais pipi. Ça les fait kiffer. Eux mêmes ont un problème pour pisser. Ces mecs veulent ensuite te sodomiser. Mais non ! Je hais la sodomie. Mais quand toi tu les as sodomisés, quand tu leur a donné beaucoup de plaisir, ils fuient ton regard et te quittent parce qu’ils ont trop peur que tu racontes à leurs potes que ce sont des enculés et ils te larguent parce que tu les as faits jouir en leur prenant le cul, gentiment, avec amour….

Mathieu a 21 ans

In Uncategorized on 6 octobre 2019 at 1:12

Je n’ai pas fait grand chose pour tes 21 ans. Ils sont arrivés ce matin du 5 octobre 2019 et je me suis réveillée en chantant cette petite chanson de notre intimité où je t’invite à une nouvelle journée pour que tu te lèves. Je suis stupéfaite, je te regarde, tu es grand comme un homme. Je n’aurais pas fait beaucoup pour la malaxe depuis que tu t’es tiré de mon ventre. Je n’ai pas été du genre à me souvenir de la date de ton premier mot, je n’ai pas écrit sur un carnet la progression de ta vie, je n’ai rien noté de tes pas, je ne t’ai pas partagé avec d’autres mères sur les bancs du Jardin des Plantes ni aux Arènes de Lutèce où tu jouais, avec un ballon en mousse avec leurs fils, ou avec des mouchards et des morveux. Tu as poussé tout seul et ce soir je te vois qui t’apprêtes à sortir avec ta bande dans Paris qui est ta ville et que tu arpentes. Je suis stupéfaite que tu aies déjà réalisé tant de choses, que tu sois aussi beau, que tu me tiennes la dragée haute, que souvent tu aies raison, que tu saches demander pardon, que nos discussions existent vraiment et que ne m’aies pas abandonnée.

Les loups et Paris

In Uncategorized on 5 octobre 2019 at 11:14

Les loups sont entrés dans Paris. Ils sont efflanqués, fiévreux et mal nourris et se fondent dans la masse. Ils sont dans le métro, dans les squares, sur les derniers bancs. Ils font semblant. Ils ont des portables, des Nike, des coquetteries capillaires peut-être. Mais ils dorment dehors. Ils ont l’âge de mon fils. Ils ont peur, ils ont fait le voyage et ils n’ont pas de travail. Je vois la multiplication des misérables. Je vois bien en rentrant le soir que chaque porche, chaque entrée d’immeuble protégée, chaque recoin est occupé par un corps dont je suis habituée, quand je passe près de lui couché dans cette fortune, je fais mon pas plus léger sur le bitume. Je suis inquiète de l’hiver qui vient. Ces arrivants sont si nombreux qu’il est préférable de ne rien organiser pour leur survie et de taire leur existence. J’ai honte du gouvernement de mon pays la France. C’est à cause de ces loups qu’on aura ignorés et laissés livrés à de nouvelles meutes que viendra la nouvelle dictature qui s’installe petit à petit en France. Personne ne peut le nier.

Redhead

In Uncategorized on 1 octobre 2019 at 1:07

J’ai bazardé le lien vers Brooklyn, toi, ton mariage avec cette femme qui me ressemble et qui s’appelle comme moi. J’avais trop de peine pour rien, je veux dire que mon chagrin ne m’apporte même plus de beaux dessins, qu’il n’est plus ma muse, bref tout cela ne m’amuse plus du tout.

Je suis heureuse de n’être pas morte de t’avoir aimé. Depuis la nuit du 13 novembre 2015 qui nous a mariés. Cet amour qui m’a éparpillée façon puzzle. Je me propose une autre ligne et je suis rousse.