blogskaia

Poème affiché dans le hall de l’hôtel Palmyra à Baalbeck

In Uncategorized on 28 août 2012 at 9:05

Image

« A ceux qui partent pour oublier leur maison

Et le mur familier aux ombres

J’annonce la plaine et les eaux rouillées

Et la Grande Bible des pierres

Ils ne connaîtront pas

– A part le fer et le jasmin des formes

la nuit heureuse de transporter les mondes

l’age dans le repos comme une sève

Pour eux nul chant

Mais la rosée brûlante de la mer

Mais la tristesse éternelle des sources. »

Georges Schéhadé

Poésies II, Gallimard, 1948.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :