TitaBlogskaïa

Archive for the ‘Uncategorized’ Category

Borderline

In Uncategorized on 2 mai 2020 at 5:08

Je suis à la bordée du matin prête à tout puisque je n’ai rien fait d’hier.

Je me suis diluée dans la stupeur débile d’être enfermée et d’être arrachée à Toi. Brusquement c’est trop de solitude et ensuite une grande joie qui me porte encore plus belle. C’est tellement étrange de vivre mais etre aimée de Toi me ramasse à ton sourire et je ne veux plus courir à la Seine, jamais.

Amame

In Uncategorized on 2 mai 2020 at 4:53

Toi tu n’as pas peur. Tu me dis les choses clairement. Tu as horreur de Ca et tu me verrais bien autrement. Je ne l’avais pas envisagé, ni d’être ta Splendeur. Je me tire d’une honte qui n’existe même pas à tes yeux. Comme de la violence. Je passe de rien aux SMS.

Chevrotine

In Uncategorized on 2 mai 2020 at 4:15

De toute ma vie. Je t’écoute et tu me bouleverses. Je t’aime, parceque tu es allée jusqu’au bout de ne plus rien peser, d’être dégoutée. Je te salue soeur maigre, de n’être pas morte d’aimer, je suis de toute ta chair qui peine à se refaire, je suis de supporter les salopes qui nous secouent pour bouffer sans raison. Je n’ai pas faim je vous dis. Je n’ai pas faim depuis avant-hier et même encore avant, quand je ne n’avais pas la parole, quand je quittais la table en pleurant .

Maigre de chez maigre

In Uncategorized on 2 mai 2020 at 2:37

Heureusement que tu l’as dit pour moi Baby.

On a été tellement maigres, on nous a dit à quel point c’était pas bandant, je vous déteste, c’etait pas obligé de nous flinguer. C’était pas obligé de nous dire qu’on n’était pas grosses et qu’on faisait pas envie. Ce n’est pas donnée la chair, c’est pas donnée l’envie.

Minutes Midinettes 1

In Uncategorized on 29 avril 2020 at 10:34

Les Aventuriers d’Avril 2020 – 5

In Uncategorized on 18 avril 2020 at 1:56

Les enfants me manquent, ils sont enfermés pour que ne meurent pas les anciens. C’est affreux le soleil. Où sont ils passés ? Ils marchent dans les pas des grands. Ils n’ont plus l’Ecole, on leur avait interdit la Rue, qui avant déjà leur avait été dérobée, l’enfance à Paris, ce n’est plus une photo de Boubat et aussi les parcs et les jardins, les petits squares pisseux squattés par la misère, fermés à la moindre secousse sociale, ou moindre vent, on leur vole le droit de faire du bruit, de manger de petites choses trouvées sur le bitume, de dire des gros mots, de sonner aux portes, de se traiter entre eux de sale machin, de regarder des femmes nues par le trou des serrures, de malmener de petits chats, de jeter leur ballon sur le portrait du Président, de s’ennuyer du système, d’être innocupés dans leurs culottes, de jalouser leurs frères, de détester leurs soeurs, de vouloir que jamais leur mère ne se remarie, qu’elle n’ait qu’eux, qu’elle ne consacre qu’à eux, pour la vie. C’est vous la vie les enfants, on vous a faits pour Elle qu’on n’imagine même pas.

Les Aventuriers d’Avril 2020 – 4

In Uncategorized on 16 avril 2020 at 2:12

Je me suis reservie une portion de nuit pour fêter ça. C’est bon d’être avec soi quand on a peur et qu’il faut tous nous tenir bien droits toute la journée dardée du soleil et du désir. Je n’ai rien mangé mais je reprendrai de ce dessert, oui ressert moi, ouvre bien mon bec de sel.

Les Aventuriers d’Avril 2020 – 3

In Uncategorized on 16 avril 2020 at 12:20

Alors j’apprends l’Italien grâce à Traductor. Je l’interroge à propos de mots d’amour et d’autres propres à l’attente et au soutien et je suis immédiatement servie. Je lui demande les mots les plus simples, pour accompagner une pensée que j’aurais et Ils me sont offerts comme dans la joie d’une chanson italienne qu’on aurait dû écouter cet été si seulement on pouvait filer. Je trouve ça merveilleux.

On s’habitue à tout. On serait tous en taule qu’on s’y accomoderait. Ceux qui ont fait de la prison me l’ont dit. Le premier mois est furieux, après on organise sa survie mentale puis on s’attache à sa forme physique.

Je suis hantée par des souvenirs de ma grande jeunesse, 18 à 21 ans, quand j’étais en Grande Formation et que je rencontrais des personnes que je retrouve maintenant avec une émotion particulière. On est presque exactement les mêmes sauf qu’on est vieux et on se souvient de trucs qu’on s’échange comme pour pallier à nos mémoires qui nous surprennent d’être aussi défaillantes mais en réalité on sait bien pourquoi. On se fait un nouveau mourron, en se couchant plus tôt on se retrouve à l’aube à gamberger sans pouvoir se rendormir. C’est désagréable d’être rattrapée la première fois, on se débat et puis quand on est rappelée à nouveau, une fois désarmée, une fois qu’on s’est mise en croix au sol les bras écartés, le profil au choix du côté plaqué sur le parquet qui craque, tout nous revient et c’est très bien de faire volte face. Maintenant je prends Tout.

Je relis les douze étapes du Voyage d’Ulysse et je crois que c’est le livre le plus beau qui soit.

Nettoyage

In Uncategorized on 3 avril 2020 at 2:23

Virés plein de connards sur Facebook, tous ceux qui prennent des poses pour organiser leur confinement, comme des petites putes des réseaux, anciens amants qui mont tègent par sms, toute la merde d’avant le grand drame du confinement, tous ceux qui m’ont fermé leur café à la gueule, tous ceux qui me doivent de la thune et qui se vantent de jamais me la rendre, tous les FDP confinés à Brooklyn et qui frimaient de s’être mariés le jour de mon anniversaire. Je vous la souhaite sévère. J’ai attendu que vous tombiez.

Les Aventuriers d’Avril 2020 – 2

In Uncategorized on 2 avril 2020 at 2:06

Déjà le 2 ! Fils

Tu vois on tient le fil du Printemps, on va y arriver

Même si je n’ai plus envie de dessiner ni de peindre,

Même si tu es si décalé que ta nuit se cogne à mon jour que je tiens à bouts de bras, avec mon rouge à lèvres flamboyant pour personne et mes conf-call de survie bénies

J’entends ton souffle à travers la cloison et c’est un bonheur que tu sois là et pas à Nancy ou à Grenoble dans une chambre d’étudiant sordide et solitaire où je te perdrais