TitaBlogskaïa

Archive for 2019|Yearly archive page

Appel d’air

In Uncategorized on 10 mars 2019 at 3:57

Prends mes mains et ramène moi à la surface Baby.

Muse

In Uncategorized on 10 mars 2019 at 3:37

Parce que de ta présence tout est apaisé et que je peux dessiner même si tu ne me suis pas au bout de la nuit. Tu t’allonges sur ce grand lit où je gis d’habitude seule comme une reine au milieu centrée, tu t’endors comme un enfant et je veille. Je choisis la musique incompréhensible du jazz, je fume trop de cigarettes, j’ai toujours soif et je ne veux pas me coucher tout de suite. Je veux t’écouter respirer quand tu cesses de m’attendre. Je peins dans le silence quand tu es là. Quand tu es là, c’est heureux.

Pain always

In Uncategorized on 9 mars 2019 at 5:01

Il est possible que je me trompe
Il est évident que les 40 minutes que tu as passées ce soir, en terrasse froide, avec cette fille que tu ne m’as même pas présentée m’aient fait autant de mal, qu’avant. Il est possible que je sois toujours aussi inapte à aimer. Il est possible que je me trompe.

2 chats aux Arènes

In Uncategorized on 7 mars 2019 at 3:22

Cet abreuvoir délicieux où sont tous nos amis et les belles filles, où sont tous nos menus et tous les matchs, où règne le bruit et aussi le fracas, puis par vagues où revient un autre calme où je m’installe près de toi. Combien j’aime l’habitude de vivre, la liturgie de boire, qu’après le labeur vienne la débauche. Combien j’aime ma ville comme une veine, Geneviève et la Bièvre et toutes les rues qui courent dans mon Quartier Latin. Je pars fumer mais je me dépêche de retrouver tes doigts.

VELO sound

In Uncategorized on 1 mars 2019 at 2:27

Tout arrive de concert, comme si l’instrument de ma vie se plaçait à nouveau entre mes mains et que je savais en jouer, un peu comme on sait toujours pédaler.

Surender

In Uncategorized on 26 février 2019 at 3:47

J’ai tiré du néant la plus belle photo de toi

Celle où tu as les yeux verts et où tu te tiens droit

Celle qui compte pour moi, tu as 17 ans, j’étais de cet âge et tu me prends pour me parler comme je voulais depuis longtemps

AC/DC

In Uncategorized on 20 février 2019 at 4:05

Ce n’est pas grave que nous dormions peu. Nous aurons volé toutes les heures chiantes de demain dont nous n’avons que faire et qui s’étirent. Ce soir c’était si bien. J’ai tout annulé pour toi. Et puis tu es le seul à m’entendre sur cette fréquence.

Esquirol

In Uncategorized on 19 février 2019 at 4:20

Puisque ici est le seul lieu où je suis moi,

Je vais te dire combien tout est changé et neuf que tu m’aies aimée comme je n’ai jamais été aimée. Absolument.

Malgré nos vingt ans, notre grand écart et tout ce dont nous n’avons cure.

Pictures of you

In Uncategorized on 19 février 2019 at 3:57

Le bien fou de cette caresse qui plonge entre nous et qui nous éclabousse de nous embrasser comme jamais.

Tu serais le fils de la mort et je serais immortelle.

Te retrouver aux mots croisés à l’abreuvoir. Rien ne colle à la vraie vie et nous sommes taiseux. Nous ne savons comment faire.

Amour du Bizarre

In Uncategorized on 19 février 2019 at 3:33

Je ne sais pas trop comment c’est arrivé mais par l’aqueduc, c’est certain.

Je me tenais au bar comme tu t’y tenais. La connaissance est venue. De boire ensemble, de nous raccompagner plus loin que la Mosquée et du Jardin, plus loin vers le boulevard de l’Hôpital, plus loin au pied de nos secrets échangés sur les derniers bancs de la bienveillance. L’étreinte au départ adoucie de nous savoir voisins et meurtris. Un soir l’ivresse nous invita à passer le pas de ta porte inviolée. Je versai dans ta première caresse. Tout fut adouci et fouillé pour un moment merveilleux dont je ne pourrai pas parler.