blogskaia

Aux commissures

In Uncategorized on 18 février 2011 at 11:45

Le temps passe et les femmes deviennent incomparables. Leur effrontée jeunesse m’accule au baiser qui se ride, aux traits profonds. Je cède autre part, carne souffrant moins, acquise aux voluptés du creux des lits. Elles sont les filles désirées que je n’aurais pas élevées.

Je lis « Dolce Vita – 1959-1979 » de Simonetta Gregio et « L’Empire du Bien » de Philippe Muray.
J’écoute « Comme un boomerang » – Daho/Dani et « Psyche or Like Scope » de Family of the Year.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :