blogskaia

In Uncategorized on 25 décembre 2010 at 9:26

Quand on aime, il faut le dire. Même si ce sera, à revoir où à tarir. Le tout est de laisser l’échapper.

J’écoute « Almamegretta » et puis « Nneka ». C’est Noël et je me retrouve avec moi après la belle fête, la fratrie et tous ces cadeaux, avec le soleil.

Après avoir souffert me reposer enfin. Comme toujours finalement tout est bien. Même dans l’espace restreint où je vis avec le fils en expansion et le temps haché par mes vices, j’empoigne le tirant des rencontres, il y a tant de choses à faire.

Je lis « Les amants du Spoutnik » de Haruki Murakami et « Deux interviews imaginaires » d’André Gide.

Je pense fort à tout.

Publicités
  1. « Quand on aime, il faut le dire. Même si ce sera, à revoir où à tarir. Le tout est de laisser l’échapper. »

    c’est bien dit. même si ça ne fait pas forcément plaisir, cette vie, cet amour de robinet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :